Les techniques de décoration horlogère


Il est fréquent qu’on ne fasse pas la distinction entre la finition et la décoration d’une montre. Si la finition vise à améliorer une pièce en la polissant ou en la satinant, la décoration horlogère permet de donner de la personnalité aux éléments grâce à diverses techniques. Les deux méthodes sont pourtant utiles, autant l'une que l'autre, pour assurer le bon fonctionnement tout en offrant une esthétique digne des montres de luxe.


L’anglage


Le métier d’angleur figure parmi les plus importants dans l’horlogerie. Il nécessite un véritable savoir-faire qui s’acquiert au fil des nombreuses années de pratiques. Une fois que les pièces sortent de leur fabrication, il est important de supprimer les arêtes entre la surface et les flancs pour former un chanfrein. L’inclinaison de ce chanfrein est généralement de 45° et l’anglage consiste à éliminer les bavures restantes pour obtenir des pièces parfaites. En plus, ce procédé permet de limiter la corrosion. L’anglage est le plus important révélateur d’une montre de luxe et son authenticité offre à une pièce le label haut de gamme, vous pouvez en savoir plus sur l'anglage si ce domaine vous intéresse. Il faut savoir que cette expertise est localisée en Suisse notamment dans le canton de Vaud et sur Genève.


Le polissage


Le plus haut degré de polissage est le poli miroir ou poli noir ou encore poli bloqué. Il permet d’obtenir des effets optiques exceptionnels sans laisser de trace visible. Cette technique consiste à frotter lentement la pièce sur une plaque de zinc enduite de pâte de diamant. Dans l’art des montres suisses, on retrouve ce style de finition seulement dans le rayon luxe. Ça n'est donc pas pour les petits budgets !


La gravure


La gravure possède deux objectifs précis : l’identification de la montre et la décoration. On peut l’utiliser pour apposer la marque du fabricant, le numéro de référence du calibre ou poinçon. On le retrouve sur les ponts, les masses oscillantes ou encore les boîtes. Il existe diverses techniques et méthodes de gravures comme la gravure mécanique ou la gravure chimique. La plus courante en ce qui concerne le domaine artisanal, c’est la gravure en creux où on dessine un motif en creusant dans le métal, c'est très joli.


Le guillochage


Il s’agit d’une technique très ancienne. On trace des lignes ou des courbes par le procédé de la gravure en creux grâce à la machine à guillocher. L’histoire veut que ce soit un certain Guillot qui l’aurait inventé. Assez complexe, ce procédé appelle une dextérité sans faille et des connaissances autant artistique que techniques, vous pouvez en lire plus sur le guillochage.


Le perlage


Le perlage ou œil de perdrix est une décoration faite de traits concentriques, de cercles ou de perles qui se chevauchent les uns sur les autres. Il orne surtout les ponts, les platines du mouvement, les fonds de noyures et les cadrans. Généralement effectué à la main, ce procédé se fait à l’aide de tampons abrasifs adaptés sur une perleuse (machine à perler). Des machines industrielles existent, bien sûr, mais sont encore trop onéreuses et trop peu nombreuses.


Les côtes de Genève


C’est un effet de vagues parallèles qui offrent un aspect très esthétique à une montre. Dans l’horlogerie, cette décoration est célèbre et se présente surtout sur les ponts, les platines et les rotors. Cette méthode se fait surtout avec des machines semi-automatiques ou à commande numérique pour obtenir un résultat uniforme et net. Le nom vient forcément de la ville de Genève, très renommée pour ses artisans horlogers.


L’ajourage


Très prisé dans l’horlogerie haut de gamme, l’ajourage consiste à créer des ouvertures (des jours) pour laisser apparaître le mouvement. Une fois le travail fini, on obtient une montre nommée squelette, d’une beauté époustouflante. De très grandes marques proposent ces modèles ouverts tels que Piaget, Vacheron Constantin, Tissot, Hamilton ou encore Pierre lannier.


Autres techniques


Il existe encore un nombre varié de procédés pour la finition et la décoration d’une montre suisse. On peut compter entre autres le ciselage, le soleillage et colimaçonnage, le moulurage ou encore la galvanoplastie. Il y en a pour tous les goûts et les besoins.

© La tramontane - le journal local